Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lettres de 3 frères poilus
  • Lettres de 3 frères poilus
  • : 3 frères, Maurice, Paul, Joseph, élevés dans une famille catholique et patriote qui ne roule pas sur l'or. Maurice passe son bac de philo en 1912, comme 7000 autres condisciples. Paul vient d'obtenir son Doctorat en médecine et part sous les drapeaux pour un service militaire normalement de 3 ans. Joseph est un jeune vicaire. Leur destin va basculer au cours de l'été 1914. Voici, semaine après semaine, leur correspondance de guerre. Que leur courage ne soit pas oublié.
  • Contact

Archives

21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:39

 La guerre n'est pas finie et Paul, qui a connu des heures trés chaudes à son poste de médecin major dans les tranchées,  rêve d'une permission. Maurice espérait aussi secrétement ne plus avoir à repartir, mais son tour arrive, 5 mois après la fin de sa convalescence. Joseph, le vicaire-infirmier, est beaucoup moins exposé, et a même trouvé moyen de prendre du poids, ce qui fait beaucoup rire (jaune ?) ses frères.

Pendant ce temps leur mère est dans un village du sud, seule, tandis que leur père est leur soeur restent en zone occupée à Maubeuge.
Thiaumont




Maurice photographié en Avril 1915 à Guéret (sergent au 127e RI)



Le 21 juin 1915

 

Bien chère maman

 

J'ai reçu ta dépêche, étant de garde, et je t'assure que j'ai eu peur d'apprendre un malheur, heureusement ce n'était qu'un rappel à l'ordre. Mais tu as du recevoir ma lettre et ma dépêche qui t'ont renseignés. Rien de nouveau, sauf un départ pour le 327e qui est dans le Nord également; je serais donc parti si j'avais été nommé. Ma santé est toujours bonne et je passe le temps le mieux que je puis, car mon tour viendra bien un jour ou l'autre. Paul et Joseph vont toujours bien ; as tu reçu quelque chose de Maubeuge ? Quoi de neuf à Moras ? Bonne santé toujours ; ne te fais pas des cheveux !! mille baisers à Eddy. Je t'embrasse de tout coeur.

A bientôt de tes nouvelles

Maurice

 

Date ?

 

Mon cher Joseph

 

As-tu reçu ma lettre du 17 ; qu'y a t' il de nouveau là haut et comment vas-tu ? Je suis toujours au dépôt sur l'expectative. Rien de nouveau; J'ai eu des nouvelles de Mr X. ; ils sont tous en bonne santé ; Mais M. est parti sur le front , aussi Mme X. est dans les transes et pleure toujours. Tout le monde va bien ; à bientôt de tes nouvelles , je t'embrasse de tout coeur. Meilleurs amitiés à la famille N..

Maurice

 

 

Date ?

 

Bien chère maman

 

J'ai reçu ta dernière lettre avec la carte de D.. Son retard à me répondre ne m'étonne plus, car il n'a pas eu de convalescence. Quant à moi je suis toujours là; je ne vais pas au 412 eme il n'y en a  pas de la Cie ; donc me voilà sur le qui vive prêt à partir par le 1er détachement, ce qui ne m'étonnerait pas ; enfin on verra. En attendant on passe le temps le mieux possible. On ne s'ennuie pas trop. J'ai été content en apprenant des nouvelles de papa et d'Yvonne mais je n'ai rien reçu de Mme L., aussi n'ai je pu lui écrire.

Je n'ai rien reçu de Joseph et de Paul, sauf les lettres que tu m'as envoyées. J'écris très peu en ce moment, car j'ai la plupart de mon temps pris par l'exercice ; je suis chef de secteur et j'ai une cinquantaine d'hommes à commander.

Le temps est assez beau ; aujourd'hui il a plu, mais le temps était lourd.

Hier j'étais de garde à la porte d'un hopital et je devais surveiller un boche blessé et traité à l'hopital. Il est bien touché, une fesse emportée, une cuisse cassée et un bras cassé et maigre !!!! Je suis allé le voir avec un homme et la sentinelle ; il était étonné de me voir causer avec des hommes et il disait qu'en Allemagne les hommes sont traités comme des bêtes par les sous of et officiers. Allons le temps passe, mais les évènements ne vont pas vite malgré les succès russes tant à Memel qu'à Prezmysl qui a paraît-il capitulé. Ecris moi souvent. Rein d'autre d'interessant par ici. A bientôt de tes nouvelles. Je t'embrasse de tout mon coeur.

Maurice

 

 

 

Le 5-7-15

 

Bien cher Joseph

 

Eh bien comment vas tu ? J'ai reçu la semaine religieuse qui m'a bien intéressé qu'autant plus que j'y ai vu des noms d'anciens professeurs. J'ai reçu une lettre de Mr M., qui est maintenant secondé par un prêtre. Mr G. également m'a envoyé une très belle lettre. Ici li y a un peu de nouveau. D'abord je suis maintenant à la 25e cie où d'ailleurs je suis mieux logé et même nourri, de plus nous envoyons un renfort au 127 après en avoir envoyé au (?) au 78e et au 114.Notre commandant va probablement quitter le dépôt, c'est dommage, car il était très estimé et très bon. Tout le monde va bien. Ecris un mot. A bientôt je t'embrasse de tout coeur.

Maurice

Ecris à la 25e cie

 

Ce 10 juillet 1915

 

Ma chère Maman,

 

Voici déjà pas mal de temps que je ne nous avais pas écrit. C'est qu'ici le secteur est assez peu tranquille. Il faut rester toujours sur le qui vive : Attaques et contre attaques en  permanence. Nous sommes à un des points importants du front. De la 1ere ligne, le régiment et ce n'est guère que ttes les 3 semaines que nous avons un cantonnement passable. Cependant le temps passe vite : nous voici bientôt au bout de l'année de campagne et l'on parle déjà d'une autre campagne d'hiver; Je ne sais si je la ferai dans les mêmes conditions que la précédente car il est question d'une relève des médecins de l'avant, surtout des médecins des troupes : ce ne serait que justice. En ce moment la grosse affaire pour tout le monde, c'est les permissions. Je suis dans les conditions pour en avoir une et dans les premiers. Il faut en effet 6 mois de campagne au moins sans débrider : Chaque série de permissionnaires peut comprendre jusqu'à 3% de l'effectif. Ces permissions sont d'environ six jours avec un jour en plus, par 400 kilomètres de route. Ainsi, il est donc probable que d'ici une quinzaine de jours j'aille faire un petit tour à Moras : je dois vous avouer que ça me paraîtra presque incroyable surtout après un an de guerre et alors que celle-ci n'est pas finie. Il y aura pas mal de choses à raconter. Je pourrai vous montrer ma croix de guerre avec palme que je porte depuis bientôt un mois. Je ne sais si j'aurai mon 2e galon quoique j'ai été proposé déjà 3 ou 4 fois, et la dernière fois par mon Colonel. Mais il y a pas mal d'imbroglios dans la direction du Service de Santé.

Le temps est chaud : c'est le plein été. Je vais avec mon chef de Service actuel cueillir des petites pommes de terre nouvelles  dans les champs abandonnés en raison de la proximité de la ligne de feu. Nous braconnons même un peu : ça nous améliore considérablement notre ordinaire.

Allons je vous quitte et je vous embrasse bien fort !

Dr Paul B.

 

Ce 12 juillet 1915

 

Mon cher Joseph

 

Je suis toujours en excellente santé. Pendant un bon moment notre secteur n'a pas été très calme ce qui a fait que j'ai été assez longtemps sans écrire. Depuis près d'un mois, j'ai ma Croix de guerre avec palme : Il y en a encore très peu au Régiment. En ce moment on parle beaucoup de permissions : c'est aujourd'hui que partent les premiers permissionnaires. A cette série il y a 2 officiers pour le régiment : aussi le tour sera long. Tu ne m'as pas dit les noms de tes médecins : ça m'intéresserait pourtant surtout si ce sont des Lyonnais. Je dois en connaître plusieurs certainement. Vois-tu toujours voir les 2 familles N. : où en es-tu dans la réconciliation. Ca ne sera pas facile. Plutôt que des « Miroir » envoie-moi des revues comme « La Science et la Vie ».... tu es dans une petite ville : on doit y trouver de tout. Je crois que Maman loge de nombreux zouaves : il y en aurait 1200 à Moras. Maurice est toujours à son dépôt. Il a un long repos. Je ne sais quand se fera la relève des Médecins de l'avant. J'attends toujours. Je t'embrasse

Dr Paul B.

 

Le 13-7-15

 

Bien cher Joseph

 

Merci de la Semaine religieuse, elle m'intéresse toujours vivement d'autant plus que j'y vois les noms de mes anciens camarades (P Bertrand) et de bien d'autres qui me rappellent le bon temps passé au Séminaire et dans le  ?. Quoi de neuf par là haut, ici c'est toujours la même chose, rien à te dire. Je suis toujours au dépôt, voilà 4 mois, je n'aurais jamais pu le supposer. Je retournerai probablement au moment où cela va chauffer dur, tant mieux ça ira peut être plus vite et on aura plus d'ardeur, vive Dieu, vive la France; Nous arriverons bien à les mettre dehors ! Je t'embrasse  de tout coeur. A bientôt de tes nouvelles.

Maurice

 

Le 19-7-15

 

Bien chère maman

 

Me voilà sur le point de partir sur le front ; ma foi il était bien temps depuis six mois de dépôt.

Nous envoyons un renfort au 327eme et il y a de nombreux gradés qui partent, car le nouveau commandant ne les épargne pas. De plus il en a envoyé à différents dépots, ce qui fait que je venais presque entête de liste : or on demande un renfort pour le 48e de G. et je pars avec 3 sergents d'ici deux adjudants et 60 hommes. Où allons-nous je ne sais ? D'après ce qu'on dit, on partirait demain soir, mais rien de fixé. Je pars de bon coeur et content, c'est mon tour ne nous plaignons pas. Je t'embrasse de tout coeur

Ton Maurice qui t'aime

 


Prochaines lettres vers le 25 juillet

Partager cet article

Repost 0
Published by thiaumont
commenter cet article

commentaires