Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lettres de 3 frères poilus
  • Lettres de 3 frères poilus
  • : 3 frères, Maurice, Paul, Joseph, élevés dans une famille catholique et patriote qui ne roule pas sur l'or. Maurice passe son bac de philo en 1912, comme 7000 autres condisciples. Paul vient d'obtenir son Doctorat en médecine et part sous les drapeaux pour un service militaire normalement de 3 ans. Joseph est un jeune vicaire. Leur destin va basculer au cours de l'été 1914. Voici, semaine après semaine, leur correspondance de guerre. Que leur courage ne soit pas oublié.
  • Contact

Archives

5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 21:03

Après un bref repos au dépôt divisionnaire, Maurice s'apprête à repartir en première ligne  à Verdun (rive gauche de la Meuse prés de Douaumont), alors qu'il s'attendait à ne plus jamais retourner dans cet enfer.

Il écrit à son frère joseph qui est beaucoup plus au calme dans une "ambulance" à Bruyères dans les Vosges, et à sa mère restée à Moras dans le sud, tout en évoquant le sort de sa soeur et de son père bloqués à Maubeuge et des femmes déportés de lille au printemps 1916 (http://www4.ac-lille.fr/~heg/spip.php?article412).

Thiaumont

 

le 7 août (1916)

 

Cher Joseph,

 

 

Je me demande ce que tu deviens ; n’as tu pas reçu mes cartes ou mes lettres ; qu’y a t’il de nouveau à B.  et comment vas-tu ?

Quant à moi je suis toujours en parfait santé. Nous sommes toujours au repos dans une calme et tranquille campagne, loin de tout bruit. Malheureusement ce temps touche à sa fin, car nous repartons pour la ligne demain probablement sur la rive droite de la M. , c’est le bruit qui court, mais on ne sait pas au juste. Si c’était là, quelles journées terribles nous allons passer ? ! !…ça vous donne la tremblotte rien que d’y penser, car là c’est la lutte corps à corps perpétuelle et le bombardement intermittent, mais répété et intense.

Enfin j’espère avec le secours de Dieu d’en réchapper soit vivant soit blessé, j’ai toujours espoir.

Maintenant je suis versé dans une compagnie active, je ne fais donc plus partie du dépôt divisionnaire et je suis affecté à la 10eme compagnie, où je refais des camarades, parmi ceux que je connaissais déjà.

En ce moment je suis au presbytère chez l’aumônier qui l’occupe , le curé étant mobilisé depuis 3 mois.

Hier Mr Gouranton c’est notre aumonier m’avait invité à diner et souper. Au souper je me trouvais avec l’aumonier de la brigade qui porte le grade de capitaine. Nous avons passer une excellente soirée.

Tout le monde fait ses préparatifs de départ nerveusement, car on ne s’attendait pas à partir si tôt ni à retourner dans ce terrible secteur, que nous avons pourtant déjà tenu 5 mois.

Eh bien donne moi bientôt de tes nouvelles qui je pense sont toujours bonnes. Que dit-on là-bas sur l’offensive et la fin de la guerre ?

Est-ce que notre véritable offensive est donnée ou si elle va reprendre sur un autre point !

Espérons que les Russes feront encore de la bonne besogne et se chargeront de démolir l’Autriche. Qui vivra verra ! ! !

En tout cas pas de nouvelles de Maubeuge ? Seront-ils déportés comme ceux de Lille ? quelle horreur, ce n’est pas croyable. Je termine ma lettre en y joignant mes meilleurs et plus doux baisers.

 

Ton Maurice

 

le 8 août

 

Bien chère maman

 

Comme je te l’avais dit dans ma dernière lettre, nous allons encore défendre la citadelle, mais cette fois-ci d’un autre coté, près de l’endroit où était Paul, à gauche.

par là c’est la bataille sans nom, on fera son devoir comme les autres. Pour le moment je vais toujours bien. Je suis à V. on couche en ville. J’aurais cru y trouver plus de ruines qu’il y en a, car les Boches ne ménagent pas les villes et n’en sont pas très loin. Le temps est toujours beau, souhaitons que cela dure. Ma foi, pour le moment je ne vois pas autre chose à dire. A bientôt de tes nouvelles. bonjour à tous nos amis.

Maurice

sergent 10e Cie du 48 Sr 74

 

prochaines lettres vers le 16 août...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by thiaumont
commenter cet article

commentaires