Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lettres de 3 frères poilus
  • Lettres de 3 frères poilus
  • : 3 frères, Maurice, Paul, Joseph, élevés dans une famille catholique et patriote qui ne roule pas sur l'or. Maurice passe son bac de philo en 1912, comme 7000 autres condisciples. Paul vient d'obtenir son Doctorat en médecine et part sous les drapeaux pour un service militaire normalement de 3 ans. Joseph est un jeune vicaire. Leur destin va basculer au cours de l'été 1914. Voici, semaine après semaine, leur correspondance de guerre. Que leur courage ne soit pas oublié.
  • Contact

Archives

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:28

Maurice, qui est passé presque directement du bac philo à la guerre la plus impitoyable a fait connaissance avec les tranchées humides après presque un an de convalescence. La fatigue semble l'emporter sur la peur. Ses frères Paul, médecin en première ligne et Joseph, prêtre infirmier beaucoup moins exposé, n'ont, quant à eux, pas   été blessés. Paul a pourtant participé aux dures batailles des Eparges et à l'offensive de Champagne, et s'en est tiré miraculeusement indemne. Pour tous la guerre continue et les petits colis envoyés par  leur mère, qui vit dans un village du sud, sont d'un grand réconfort. Imaginons nous un seul instant sous le froid et la pluie presque incessante de ces derniers jours, dans des tranchées humides avec en plus la menace du  "crapouillotage", la peur d'un "coup" de l'ennemi. Le 11 novembre approche : n'oublions jamais ce qu'ont enduré les poilus.

6 novembre 15

 

Bien chère Maman,

 

Rien de nouveau, je vais toujours bien et suis toujours en bonne santé. Nous sommes en repos pour le moment mais ça ne sera pas long on parle déjà de repartir en 1ere ligne ; le pauvre 48eme en prend pour sa part, je ne sais d'où cela provient ; enfin. Merci du colis, j'en profite largement; attends que je sois dans les tranchées pour m'envoyer un autre colis. Bonjour à tout le monde ; je t'embrasse de tout coeur

ton Maurice

 

8 novembre 1915

 

Bien chère Maman,

 

Nous sommes en repos, mais cela ne veut pas dire sans travail car on n'a pas le temps d'écrire ; à peine a t'on le temps de se laver. Corvées, exercices, revues et demain inspection du général de division. Je souhaite une bonne et excellente permission à Paul et lui demande de m'envoyer un petit colis tabac et cigarettes de temps en temps ; dans les tranchées ça fait plaisir. A bientôt de vos nouvelles Je vous embrasse

Maurice

 

8 novembre 1915,

 

Bien cher Joseph,

 

Te voilà de nouveau de retour à l'hopital, après ta permission déjà terminée. C'est bien court, mais enfin cela fait grand plaisir. Notre repos est fini, car on l'a rudement écourté ; au lieu d'avoir 21 jours on n'a que 11 et encore on n'a pas le temps de se nettoyer. Rien de nouveau à part cela. Mr N. m'a écrit une lettre de remerciement. Porte leur encore mon meilleur souvenir. As tu des nouvelles de Paul ? Il m'a envoyé les semaines rel. Que je renvoie à maman pour qu'elle les conserve. Demain nous retournons en première ligne, secteur mal renommé ; enfin. A bientôt de tes nouvelles. Je t'embrasse de tout coeur.

Maurice

 

Le 11 novembre 1915,

 

Bien chère Maman,

 

As tu reçu ma dernière carte ; elle t'apprends que je suis de nouveau aux tranchées pour une vingtaine. Aussi si tu envoies un colis, c'est le moment; un saucisson ce sera bien. N'oublie pas ce dernier ; en somme il faut surtout de la victuaille. Je vais toujours bien. Sommes assez tranquilles, quoique crapouillotés, mais nous avons  de bonnes sapes. Allons à bientôt de tes nouvelles. Je t'embrasse de tout coeur. Ton Maurice

Prochaines lettres vers le 14 novembre...

Partager cet article

Repost 0
Published by thiaumont
commenter cet article

commentaires