Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lettres de 3 frères poilus
  • Lettres de 3 frères poilus
  • : 3 frères, Maurice, Paul, Joseph, élevés dans une famille catholique et patriote qui ne roule pas sur l'or. Maurice passe son bac de philo en 1912, comme 7000 autres condisciples. Paul vient d'obtenir son Doctorat en médecine et part sous les drapeaux pour un service militaire normalement de 3 ans. Joseph est un jeune vicaire. Leur destin va basculer au cours de l'été 1914. Voici, semaine après semaine, leur correspondance de guerre. Que leur courage ne soit pas oublié.
  • Contact

Archives

16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 20:53

Douaumont-208-.JPG 
Fort de Douaumont


La bataille de Verdun est engagée depuis presque un mois. Maurice, toujours sergent au 127e RI et Gabriel médecin major au 67e ne sont pas en première ligne mais ne perdent pas une miette de la bataille d'artillerie. Joseph, le vicaire, est resté à l'hôpital de campagne de Bruyères, dans les Vosges. Pour l'heure il n'est plus question de permission.
Thiaumont

Le 17-3-16

 

Bien cher Joseph

 

Je vais bien malgré le temps et la mitraille. Et la-bas à B quoi de neuf ? Que pensez-vous de l'affaire de Verdun ; les Boches prennent quelque chose pour leur rhume, c'est tout ce qu'on sait, car ils n'avancent pas. Comment cela va t'il tout finir. J'ai de bonnes nouvelles de tout le monde. Je ne sais quand je pourrais aller à Moras en permission, c'est malheureux, j'allais partir le 12 de ce mois, j'y serai maintenant. Quand pourra-t'on recommencer le tour de permission ? Pour le moment je suis aux tranchées et cela depuis 25 jours et on y est pour un moment encore. Allons à bientôt de tes nouvelles. Je t'embrasse de tout coeur.

Tous mes respects à la famille N.

Maurice

 

Le 17-3-16

 

Bien chère maman

 

Je viens de recevoir à l'instant ta lettre du 13 et je vois que tu es toujours inquiète sur mon sort, mais ne crains rien, je suis toujours en bonne santé et indemne. Je suis toujours en tranchées au même coin. Rien de neuf tout va bien, le temps s'améliore beaucoup et il fait moins froid, dans nos cagnas souterraines. Des rats, des poux et autres habitants, logent aussi, c'est ce qui est embêtant, enfin vivement la classe 16 ! Envoie-moi colis postaux (1 kilogr) c'est permis. Pas moyen de se ravitailler (saucisson, beurre, cigarettes ou tabac). Merci. Je t'embrasse de tout coeur.

Maurice

les colis postaux par chemin de fer sont seuls défendus (illisible).

 

Le 20- 3-16

 

Bien chère maman

 

J'ai reçu une carte de Joseph, me disant que tu étais inquiète à mon sujet. Mais il n'y a aucune crainte à avoir pour le moment. Nous avons eu de la chance d'être ici et moi j'en ai eu en venant au 48, car le 127 est sur la brèche. Rien de neuf par ici ; as tu reçu mes cartes où je te parle de colis. Il est très difficile de se ravitailler. En ce moment ça bombarde assez dur par ici, enfin on s'y habitue à force d'entendre la canonnade à droite u à gauche. A bientôt de tes nouvelles et le colis tant désiré. Je t'embrasse de tout coeur.

Maurice

 

 

Le 20-3-16

 

Bien cher Joseph,

 

J'ai reçu ta carte du 15 hier 19. Rien de bien neuf par ici : si maman n'a pas de tes nouvelles, c'est que les lettres mettent au moins 10 jours pour arriver. D'ailleurs il faut penser que le bombardement est assez intense et que par suite le travail ne manque pas. Ce n'est pas encore le déluge de fer de Verdun mais ça pourrait peut être venir ; en tout cas le canon tonne passablement et pas d'abris résistants. Enfin bonne chance et à bientôt de tes nouvelles. Je t'embrasse de tout coeur.

 

Maurice

 

Le 21-3-16

 

Bien chère maman

 

Je viens de recevoir ta lettre et je te remercie beaucoup. Je vois que tu te fais trop d'idées noires, sois forte et attends toujours. ; c'est que je n'ai pas toujours le temps d'écrire et puis avec la canonnade on a guère le temps d'y penser. Hier 20 nous avons entendu toute la journée une formidable canonnade , je n'ai jamais rien entendu de pareil. Les Boches attaquaient, les notres sont restés tranquilles sous cette pluie d'obus puis lorsque l'attaque boche s'est déclenchée, ils les ont reçus comme ils convient ; les restants ont démoli l'ennemi à coups de fusils et de mitrailleuse et le 75  a crépité à une vitesse effrayante. On a tout entendu ; c'était si près que j'ai craint un moment pour nous, mais ils n'attaqueront pas ici, le terrain n'est pas favorable. Allons je t'écrirai tous les 2 jours si possible ; ne te figure pas un tas de mauvaises choses. Je suis toujours au port d'armes et ferait comme ceux de mon ancien régiment à la côte du Poinsé (?). a bientôt je t'embrasse de tout coeur.

Maurice

Prochaines lettres le 27 mars...

Partager cet article

Repost 0
Published by thiaumont
commenter cet article

commentaires